D’origine poitevine, Raymond ENARD naquit le 12 septembre 1902 à LETRICOURT, dans la Meurthe et Moselle, où son père avait été nommé préposé des Douanes. Il n’y vécut que quelques années puisqu’en 1906, son père promu sous-brigadier fut affecté à Saint Martin de Ré, puis brigadier à ARS en mai 1912.

Brillant élève de notre école communale, il poursuivit ses études au collège BONPLAND , puis à l’École Normale d’instituteurs de La Rochelle (1919-1922) sexprimèrent ses dons artistiques au point que le Directeur l’encouragea à persévérer dans cette voie, puis il intégra l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris et l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts. Il est nommé Professeur de dessin au lycéede LAON (1927), il devint quelques années plus tard Conservateur du musée de cette ville.

Capitaine de réserve au 402ème régiment de pionniers,il fut grièvement blessé le 16 mai 1940 et fait prisonnier.

La paix revenue,il exerça au Lycée CONDORCET .

En 1946,il est Professeur à la Section du Paysage et de l’Art des jardins (annexée à l’Ecole Nationale Supérieure d’horticulture de Versailles,dont il était membre du Jury du Concours d’entrée) puis en 1949: Professeur au Centre de préparation au professorat de dessin, dont il fut nommé  Directeur en 1961 et Directeur honoraire en 1964.

Son activité artistique fut de même qualitant la palette de son talent était variée. Ex-Sociétaire du Salon des Artistes Français et du Salon National des Indépendants, il est Membre du Salon du dessin et de la peinture à l’eau.

Il expose à Laon, La Rochelle, Niort. Certaines de ses œuvres figurent dans les musées de ces trois villes ainsi qu’à l’Hôtel de Ville de Lille et à la Direction des Beaux Arts de la ville de Paris.

Il est aussi critique d’art à l’hebdomadaire « La vie du rail » et Secrétaire Général adjoint de la Biennale de Menton.

Son œuvre est considérable :Peintures à l‘huile de l’île de Ré ou du.Marais Poitevin ,Aquarelles de Ré,Provence,Venise,Gravures sur bois et depuis 1971… les« chiffonneries ».

L’heure de la retraite ayant sonné, Raymond ENARD partage son temps entre ARS et MENTON qu’il abandonne peu après le décès de son épouse en 1971.

Pour nous, ARSAIS, il demeure cet ami simple et affable,passionné de son art et de sa commune à laquelle il porta un grand attachement. Jeune homme, il participe aux nombreux concerts artistiques et soirées théâtrales qui marquèrent la reprise des activités culturelles de notre village au lendemain de la première guerre mondiale. Ses talents de chanteur humoriste (« le piano, le panier, le panneau »; « Soufflavide et grattamort ») et de comédien (« ARS, c’est bon! – 1919 -, « La Cagnotte » – 1921) lui conférèrent une solide réputation locale (qu’ilpartageait avec sa soeur Marie Louise, sa cadette de deux ans, remarquable duettiste (avec Marguerite LOIZEAU).

Enfin, ultime reflet d’un don aux multiples facettes: la restauration des trois grands tableaux de William BARBOTIN témoigne de l’intérêt qu’il attachait à notre patrimoine communal.

En nous quittant le 21avril 1982, Raymond ENARD nous légua  un  héritage riche et varié au point que celui­ ci dût être partagé entre les deux chefs-lieux de canton rétais. Plusieurs salles de la mairie et le bureau de l’Office du tourisme s’enorgueillissent de nombre de ses œuvres et le musée Ernest COGNACQ de St Martin lui a réservé une salle qui porte son nom.

Fermer le menu